Décryptage de la tendance du bureau « assis debout »

 

Nous assistons à de nombreuses évolutions dans le monde du travail. De nouvelles tendances ont notamment émergées dans l’aménagement de bureaux comme le bureau « assis debout ». Mais au-delà d’une simple tendance, l’adaptation des bureaux devient un véritable enjeu de santé public. Zoom sur le bureau « assis debout ». 

Les origines de cette tendance

Nous entendons de plus en plus parler dans les médias de la tendance du « travailler debout » mais celle-ci ne date pas d’hier. Thomas Jefferson, troisième président des Etats-Unis, travaillait déjà debout à son bureau. En Europe, l’appétence pour le travail debout est apparue il y a une vingtaine d’années. Au Danemark, où est née celle nouvelle façon de travailler, les entreprises sont encouragées par une loi les incitant à généraliser cette pratique.

Adoptée par la plupart des pays Nordiques, cette mode débarque, depuis peu, aux Etats-Unis et au Japon et s’étend en Europe et notamment en France. Les banques et les assurances sont les premières à investir dans  ce type de matériel. Ces dernières années, des groupes comme La Poste et Allianz ont commandé plusieurs milliers de bureaux de ce type.

La sédentarité au travail et les problèmes de santé

Les postes sédentaires nous contraignent à rester assis environ 7h par jour. De retour à la maison, nous nous asseyons sur le canapé ou à table. Le nombre d’heures passées assis dans la journée dépasse rapidement 10. De nombreuses études ont été réalisées sur le sujet et les résultats sont plutôt alarmants.

Au-delà du mal de dos, des tensions musculaires et de l’embonpoint que peut provoquer la position assise prolongée, il y aurait une augmentation de 15% de risque de décès prématuré pour la moyenne des sédentaires (à partir de 8h par jour) et de 40% pour les plus statiques (11h) (une étude The Archives of Internal Medecine). En effet, plus on est assis, plus le sang a du mal à circuler ce qui peut provoquer un risque de maladies cardiaques, diabète ou cancer du côlon. De plus, le sport en dehors du travail ne compense pas toutes ces heures d’inactivité. Réinventer l’espace de travail devient donc une nécessité. Attention cependant à ne pas tomber dans l’extrême inverse : rester debout toute la journée n’est pas favorable non plus.

 

tasse

 

Tout le monde se lève !  

 Les salariés sont de plus en plus sensibles à leur environnement de travail, et notamment à son impact sur leur santé. De nombreux témoignages montrent qu’alterner entre la position assise et debout grâce à des bureaux ajustables augmente la productivité. La direction y trouve donc également son compte.

Les sociétés de la Silicon Valley comme Google, Facebook ou encore Twitter ont déjà adopté la tendance. Certains fabricants de matériel de bureaux, comme par exemple Applied Ergonomics, ont vu la vente de bureaux réglables augmenter de 50% en un an. De nombreux modèles ont vu le jour comme le bureau intégrant un tapis de marche ou les bureaux entièrement pliables.

philippe2-1

Philippe Perello à son bureau

Témoignage de Philippe Perello, CEO de Knight Frank France

Chez Knight Frank France c’est Philippe Perello qui a adopté le bureau « assis debout ». Souffrant de maux de dos chroniques, « je n’avais pas le choix, je ne pouvais pas rester assis, c’était inconfortable voire impossible », Philippe s’est vu imposer ce choix d’aménagement de bureau. Très rapidement, les premiers bénéfices se sont fait ressentir « j’ai été vite soulagé par l’alternance de la position assise et debout ». De plus, pour lui, le bureau debout favorise l’échange, « lorsque nous sommes plusieurs autour du bureau, la position debout rend l’échange plus convivial et les réunions sont souvent plus efficaces ». A terme, cet aménagement pourrait être généralisé à l’ensemble des collaborateurs.  

 

Découvrez les réalisations d’aménagement de bureaux de l’Atelier Knight Frank.

 

Crédits photos : Adopte un bureau, france-rezo.com