Aller plus haut ! La Jeddah Tower la tour d’un kilomètre de haut

En 2018, La Jeddah Tower, installée dans le cœur financier, commercial et touristique de Djeddah en Arabie Saoudite, sera la tour la plus haute du monde. Ses 167 étages logeront des bureaux, appartements, et hôtels. Découvrez cette construction pharaonique en quelques chiffres.  

Une construction pharaonique 

Al-Walid Ben Talal, 30ème fortune mondiale s’est lancé le défi de construire la plus haute tour du monde de 167 étages habitables. Sa construction qui aura coûté 1,23 milliard et fera 1 001 mètres de haut aura trois ailes qui se rejoindront en une colonne en béton qui finira en flèche. A partir du 165ème étage, il n’y aura plus que des espaces techniques et du vide.

Conçu par l’architecte américain Adrian Smith, le projet initial visait d’atteindre 1 600 mètres mais la mer rouge très proche de la construction aurait obligé de revoir les ambitions à la baisse.

image entière

Pour achever les 167 étages habitables et  les 540 000 m² de la Jeddah Tower, il faudra plus de 63 mois de travaux, 80 000 tonnes d’acier (supérieures au poids de six tours Eiffel) et 500 millions de mètres cubes de béton. Six énormes grues seront utilisées, dont la plus importante pourra monter jusqu’à 18 tonnes de matériel. Il y aura 31 000 panneaux de verre sur la façade et 5 654 portes, qui misent les unes sur les autres, pourrait atteindre une hauteur de 16 368 kilomètres, soit à 1,8 fois l’Everest.

Un observatoire sera aménagé au 167ème étage, il sera le plus haut du monde. Au départ, le prince Al-Walid souhaitait un héliport mais ce n’était pas réalisable pour des raisons climatiques.

La Jeddah Tower est équipée de 59 ascenseurs, dont 5 à double étage, et de 12 escalators. Les ascenseurs qui desserviront l’observatoire parcourront 634 mètres en 66,5 secondes, à 36 km/h. Il faudra tout de même 1 minute et 12 secondes pour atteindre le sommet en faisant des changements car aucun ascenseur ne peut parcourir la tour en une seule fois !

 

Un challenge technique

Afin de résister à un tremblement de terre de magnitude 6, les fondations de la Jeddah Tower sont composées de 270 pilotis en béton de plus de 1,50 mètre de largeur enterrés à 100 mètres de profondeur. Un cœur triangulaire en acier de 5 mètres d’épaisseur équipé de systèmes anti-tremblements de terre et anti-foudre a été posé pour renforcer la structure. De plus l’état du sol qui est plutôt calcaire et sableux n’avait pas toutes les garanties de stabilité, les pilotis et la plaque de béton de 5 mètres d’épaisseur évite que la tour de 900 000 tonnes ne s’écroule pas sur elle-même ! Cette phase de fondation a duré 1 an et demi.

construction en cours

Des études ont été réalisées en soufflerie et sa forme a été étudiée pour renvoyer le vent vers le sommet de la tour. Le tangage est ainsi limité et ne dépassera pas 2,60 mètres même avec des vents de plus de 200 km/h.

Au 157ème étage, à plus de 634 mètres, l’amplitude sera déjà de 1 mètre. Pour y remédier, le mouvement de la flèche de la tour sera contrôlé par un amortisseur et dans les étages habités, le vent sera atténué par la forme aérodynamique du bâtiment.

 

Les très hautes tours ne génèrent pas d’argent ou très peu. L’important c’est l’impact qu’elles ont sur la région. L’attraction qu’elle va engendrer : l’image et le développement de la région.