Zoom sur le secteur des commerces

Notre département d’évaluation expertise des commerces dans toute la France et a été particulièrement actif ces dernières semaines en #télétravaillant. L’équipe a continué à produire des expertises dans le cadre de reporting et de financements pour des acquisitions. Nous sommes ravis d’être en mesure de reprendre les visites petit à petit, en veillant à respecter les consignes sanitaires.

Nous sommes en contact permanent avec nos clients : investisseurs, développeurs, enseignes, banques, et nos équipes commerciales et paneuropéennes. Il faudra certes du temps pour rétablir la confiance et gagner en visibilité, mais nous restons à l’avant-garde du marché pour suivre les perspectives au fur et à mesure de leur évolution.

busy shopping mall, long exposure time, shoppers moving are deliberately blurred

L’équipe recherche de Knight Frank produit d’excellents articles et publications, qui donnent un aperçu sur le marché. Nous avons rassemblé ci-dessous les articles les plus pertinents sur le secteur des commerces en France des dernières semaines :

COVID 19 – Quelles perspectives pour le marché français des commerces

Le déconfinement des commerces dans le monde

Ci-après les 10 points clés à retenir :

  1. La grande majorité des commerces ont été contraint de suspendre leur activité, au profit de certains secteurs qui eux ont vu leur activité exploser – le e-commerce (Amazon), les magasins alimentaires, et les Drives notamment.
  2. La perte de chiffre d’affaires couplée à l’absence de visibilité de la fin effective du confinement a eu pour effet de retarder les projets d’installations ou d’expansions d’enseignes en France.
  3. Les nouvelles enseignes (mass market et luxe) qui avaient des projets d’implantation en France en 2020 ont suspendu leur arrivée pour se focaliser sur la sauvegarde de leurs emplacements existants.
  4. Les secteurs dits prime pourraient bénéficier de cette crise; les enseignes seront encore plus sélectives sur leurs emplacements de boutiques, pour se concentrer sur les endroits moins risqués et les plus rentables; ce qui ne signifie pas que les artères prime ne seront pas impactées du tout.
  5. L’impact sur marché locatif variera selon les secteurs et leur résilience, mais on peut s’attendre à une stagnation des valeurs locatives et une hausse des mesures d’accompagnement, les enseignes ayant souffert financièrement.
  6. Le marché de l’investissement a fortement ralenti, les investisseurs se détournant de cette classe d’actif dû à l’incertitude et au risque qu’a généré le virus; cependant certains formats devraient tirer leurs épingles du jeu, comme les surfaces alimentaires et retail parks.
  7. Certains deals “core” continuent d’aboutir avec une très légère hausse des taux; les emplacements secondaires sont les plus vulnérables.
  8. La crise va-t-elle changer nos modes de consommation et le commerce tel qu’on le connait? La standardisation du télétravail, l’envie de mieux consommer mais aussi la peur d’être en contact avec le virus peuvent freiner le retour de nos vieilles habitudes.
  9. Le commerce va devoir s’adapter et se moderniser afin de rassurer et attirer les clients – à travers le développement du e-commerce, utilisation des réseaux sociaux, outils innovant pour répondre aux nouvelles règles sanitaires…etc.
  10. Les formats de boutiques pourraient être revus; développement massif du click & collect, de bornes de retrait, pop-up stores, modification des boutiques existantes pour répondre aux nouvelles normes sanitaires, et peut être une nouvelle tendance à exploiter des surfaces plus petites.

Contacts:

Kate Begg, MRICS, CIS HypZert (MLV), Partner, Head of Commercial Valuations

Héloïse Felman, MRICS, REV, CIS HypZert (MLV), Partner, Commercial Valuations

Emilie Viale, REV, Associate, Commercial Valuations

Nicolas Coquet, Associate, Commercial Valuation